Et pourtant La Montagne menait 3 à 1 à la 88e  ! 

Ce fut un final renversant auquel peu de supporters croyaient encore à ce moment de la partie. Ils étaient déjà nombreux à venir noyer leur chagrin au bar de Mr Roger. Et si on leur avait dit que l’on finirait sur un score de 7 à 3 !

 C’était donc jour de Coupe des Pays de Loire ce dimanche. Ayant eu le triste privilège de se faire sortir par la petite porte suite à leur médiocre prestation à St Etienne de Montluc, club de D3, on repartait pour un tour de coupe régionale. Aussi les joueurs, échaudés par cet échec retentissant, avaient à cœur de se racheter. L’occasion leur était offerte en recevant nos voisins de La Montagne, évoluant une division au-dessus, en R3 (nouvelle l’appellation « pop » de l’ancienne PH).

Marius, sans sa trottinette

Marius, sans sa trottinette

Mr Igor s’était octroyé de justes vacances après avoir fait subir un stage de préparation physique, tout militaire, qui  vit ses bidasses suer sang et larmes pour parvenir à une forme quasi spartiate. C’était donc à son Superintendant, Mr Ammar, qu’il revenait de prendre en charge l’exécution des opérations .Le libertin Ammar qui revenait au foyer conjugal , trop  lassé d’avoir baguenaudé dans des aventures libertines au sein de clubs voisins. Il avait  donc  pour mission de parachever le fruit des longues pérégrinations dument  concoctées dans le cerveau toujours fertile (mais parfois alambiqué) du sus nommé Mr Igor. Il avait ainsi à sa disposition une troupe de guerriers  opérationnels décidés à « ne rien lâcher », expression très à la mode dans le monde sportif. Y’avait bien quelques absents tombés sur le front des opérations à l’exemple du grand Etienne , incapable de survivre aux épreuves à la Rambo dans la jungle igorienne . D’autres pressentant la rigueur du stage commando avaient prudemment ( ou intelligemment)  différés leur date d’incorporation à l’image de Victor, Juju ou Polo.

Et puis il y avait ceux qui ont toujours rêvé de rejoindre la Légion, venant visiblement de lointaine contrée ou la rigueur du coach ne leur est jamais parvenue. Des novices, ou des inconscients  ayant pour nom Samuel, Benjamin ou Lamine. Un Lamine qui affichait la mine des grands jours, cet après midi, tant il a couru sur son flanc droit. Lamine d’or de Mr Igor qui ne m’en voudra pas trop de faire des jeux mots douteux sur son prénom .il y avait  également  les sado-masos , les aventuriers ,ceux qui en redemande quand y a pas besoin , les nostalgiques de l’auto flagellation qui après des années d’errance font leur come back sous le joug du nouveau Sergent Yes Sir (Arthur, Maryan,Romain ) . Mis à part quelques renégats ayant pris délibérément pris la poudre d’escampette , il restait, de ce fait , peu de joueurs ayant survécus au purge stalinienne . On citera ainsi pour leur vaillance et leur résistance à ce joug tyrannique : Nourdine, Marius, Sabri, Serkan. Enfin quelques joueurs ayant mérité une promotion au grade supérieur : Hocine, Fawzi, Kevin et Kewin. Droopy Kewin qui retrouvait son poste de capitaine pour l’occasion.

ORC -La Montagne (36)

Telles étaient donc les données du  tableau auquel se voyait confronté le malheureux Ammar. Malgré tout il parviendra à sublimer ses troupes  et d’une équipe faite de bric et de broc digne de figurer dans la 7eme Compagnie de Robert Lamoureux il en fera des Mercenaires qui n’auraient pas déparés dans le casting de John Sturges . Et pourtant le sort ne lui fut guère favorable car rapidement 2 rapportés subissaient de plein  front les séquelles post-musculaires de la préparation physique. Exit donc les nouveaux pieds tendres Maryan et Samuel. Ceci nous permettra de voir à l’œuvre Benjamin, le benjamin de l’équipe qui, avec un physique de déménageur à la Fawzi, nous fera une bonne prestation en milieu de terrain.

Pas de quoi non plus s’enthousiasmer lorsque Hocine, dans un océan de solitude face au gardien adverse faisait preuve de philanthropie en rendant aimablement le ballon gracieusement prêté à ce dernier. Charité bien ordonnée que n’avait pas le puissant et rapide n°9 adverse qui , dans foulée, déposait littéralement sur son flanc gauche notre Serkan avant d’aller tromper le trotinettiste Marius .0 -1 (15e)

Toute à sa joie le  n°9 Montagnard ne présageait pas de la funeste erreur qu’il venait de commettre. Car il ne faut jamais attenter à l’honneur d’un Peshmerga. Il allait l’apprendre à ses dépens et de bien cruel façon. Cependant, notre coach eut l’intelligence de sortir notre jeune barbu  pour le laisser ruminer quelque temps l’humiliante leçon reçue. Sage décision de sa part.

ORC -La Montagne (53)

Pendant ce temps  les Orvaltais dominaient car pour la plupart doté d’une meilleure technique individuelle que nos visiteurs. Max nous faisait du Max en perdant puis en regagnant le ballon, bénissant au passage  le ciel qu’il n’y est pas ce dimanche de cri d’orfraie venant du banc pour le ramener à sa tache. Ou  pour réveiller certains somnambules .En effet ,la tonalité venant du banc avait une sonorité nettement plus doucereuse ce dimanche que celle habituellement entendue. Ce qui désarçonna quelque peu les joueurs désemparés à l’idée de recevoir des éloges. Ce qui permit également à Fawzi, Sabri, Hocine de nous rater quelques buts sans se voir illico rapatrier sur le banc. Jugement un peu sévère de ma part pour ces joueurs qui nous feront un gros travail défensif et devaient contribuer à la victoire finale.  Ainsi donc notre Maxime en ce jour était heureux, libre comme l’air, jouissant pleinement de sa liberté conditionnelle. Il  pouvait faire ce que bon lui semblait, sans crainte .Du pain bénit se disait-il. Il se permit ainsi d’aller  taquiner le gardien adverse. Chose qui dans la vie ordinaire serait suicidaire. Néanmoins c’est ce qu’il fit, intention fort mal vécue par le visiteur  qui s’offusqua d’une telle audace et tenta de dribbler le feu follet de Mr Igor. Peine perdue. 1-1 (Maxime-40ème   ).

On repartait donc à la mi –temps sur un score de parité. Pas trop longtemps pour les hommes de Mr Paul qui profitèrent d’une pagaille monstre devant nos buts pour venir aggraver le score. Puis 1-3 lorsque Nourdine voulut jouer au plus malin en des dribbles chafouins qui devraient rester l’apanage de Max. Une nouvelle fois la sanction fut immédiate et le trotinnettiste Marius s’en alla quérir le ballon au fond de ses filets. 1-3 (72e). Un Marius auteur d’une belle parade à la 82e qui lui permit de mettre en valeur sa mèche rebelle inaugurant ainsi sa nouvelle coupe , modèle saison 2018-19.

ORC -La Montagne (65)

L’on s’acheminait vers une défaite inéluctable lorsqu’une idée lumineuse surgit du crane de notre coach (moins encombré semble t-il que son prédécesseur)) en faisant entrer  Kevin Stevant. Et naturellement le piaffant Serkan (voir épisode précédent). Le Sarrazin allait revitaliser ses troupes défaillantes avec son compère sur notre flanc gauche .Ayant son honneur a venger, la tornade de S comme Serkan allait balayer le stade de la Cholière en quelques minutes. Et ce sera un tsunami  « butoral » comme rarement vu sous nos couleurs. Pensez donc 7 buts en 1 seul match, dont 4 en 30mn.

Beaucoup glosèrent sur l’épisode prétextant que les joueurs avaient profité de l’aubaine des vacances de certains pour se libérer. Je n’irais pas aussi loin, préservant mes arrières car  on ne sait jamais de quel coach l’avenir sera fait .Néanmoins le travail physique opéré en préparation a semblé porter ses fruits face à des adversaires médusés et épuisés. Ainsi donc notre Zorro se fit justice lui-même en sabrant nos adversaires à la 89e  et à la 95e. La vengeance est un plat qui se mange froid. 3-3 (89,95e– Serkan).

Notre libérateur, tout de noir vêtu, comme ses équipiers nous menèrent ainsi aux prolongations. Et là , les joueurs allaient démontrer tout leur talent , n’hésitant plus à aller de l’avant , chacun montrant enfin ses capacités dans une fin de partie débridée.

Les Montagnards , quant à eux ,allaient complètement s’effondrer, moralement et physiquement. Ce sera par la suite un festival de but qu’inaugura Nourdine. Il lui revenait  de se défausser ainsi de sa bévue en inscrivant le 4ebut sur corner. Peut être le meilleur sur le terrain de par ses interventions et ses relances et dans un calme olympien. A ses cotés un Arthur qui ne fit aucune rature ce qui nous rassure, je vous assure. En bref une belle charnière centrale dans une défense de fer.

Quant à nos attaquants certainement vexés de tant de maladresse , ils retrouvèrent enfin le droit de chemin. Celui du but . Ce sera d’abord Sabri, sur une ouverture lumineuse du barbu, de filer droit au but pour inscrire le 5èmebut. Bis repetita avec notre sympathique Hocine qui, cette fois, ne tergiversa pas, pour inscrire le 6ème  but. Il revenait de droit au Maître d’inscrire le dernier but et son 3ème personnel sur penalty. Quand Serkan va, tout va. Assurément l’homme du match.

La joie des orvaltais

La joie des orvaltais

Score final :7-3 (a.p.).

On félicitera donc les joueurs de leur grosse prestation qui devrait les (re)mettre en confiance et qu’ils ne doutent pas de leur potentiel. Une montée en puissance demandant à être confirmée.

On souhaite , malgré tout , le meilleur à l’équipe de La Montagne.

On termina en félicitant Nos U18 pour leur haute facture en coupe Gambardella . Nos amis Kiki, Thierry et Philippe disposent cette année d’un effectif à la mesure de leur compétence. A eux de les faire fructifier.